La rigueur est de rigueur

Le confinement, imposé par le gouvernement pour notre santé, est soumis à des règles. Et c’est bien le respect de ces règles qui assure notre sécurité à tous. Nous voilà aujourd’hui tous calfeutrés dans nos intérieurs. Et à chacun d’être le Ministre, de son intérieur. Les règles ne sont pas là pour nous frustrer mais au contraire pour donner un cadre. Une structure qui serait entre la dérive et la raideur : la rigueur. Un bon contenant au contenu. Ni trop souple, ni trop rigide.

Se construire un programme, un planning pour tous, sur une semaine, où l’ensemble des taches ménagères, professionnelles, scolaires rencontreront d’autres moments, de détente, de lecture, de sport en famille (ou pas) et de cinéma. Ou bien des rendez-vous familiaux sont pris autour d’un gouter par exemple, juste le temps de partager un thé en se parlant ou pas. Pour que les moments ensemble, pour ceux qui sont en famille ou en couple, ne soient pas seulement une fatalité mais un temps de partage que l’on s’offre. De la même façon, pour les personnes confinées seules dans leur appartement, il est important d’utiliser les moyens de connexion pour « faire entrer de l’extérieur » en toute sécurité et convivialité. Ne pas hésiter à multiplier les conversations visio. Je recommande d’ailleurs pour les enfants d’avoir des rendez vous Visio avec leurs camarades de classe, afin de parler avec d’autres interlocuteurs que leurs parents. Ce sont des bouffées d’oxygène et un repère sur leur vie qui est , depuis une semaine et pour plusieurs semaines, fortement perturbée dans leurs habitudes. Et on sait combien les rituels sont importants car rassurants pour les enfants. 

La maison change, avec les circonstances sanitaires, aujourd’hui de symbole, et de fonction. Elle est un refuge, un lieu de travail, scolaire, de soins pour certains. On ne peut pas « être à la maison » comme on l’était avant le confinement. D’où la nécessité des règles pour cliver ces différentes fonctions en un seul lieu. L’heure du télétravail, le moment de l’école, le temps du sport et des temps pour se retrouver à la maison ensemble ou tranquille pour les personnes seules comme avant, comme au temps où on rentrait à la maison. Où on se retrouvait pour diner, partager une soirée, se détendre le week end. Il est un écueil dans lequel il serait facile de tomber, celui de vouloir faire comme si tout « tournait » pareil à la maison. Or, ce n’est pas pareil, de fait. Vouloir faire comme si ça l’était demande une énergie considérable et amène à une fatigue émotionnelle que l’on peut s’épargner en composant avec la réalité. Il y a donc un compromis, un aménagement à faire entre garder un rythme organisé et rigoureux et s’autoriser quelques souplesses liées à la réalité de la situation. Par exemple, se lever le matin aux horaires habituels mais choisir un jour dans la semaine ou l’on peut s’offrir une heure de sommeil en plus. Faire travailler ses enfants mais dans des temps plus réduits qu’à l’école, au collège ou au lycée. Car de fait; ils n’y sont pas. 

Il est important de ne pas oublier que le confinement est une solution et non une punition. Rester centré sur cet objectif positif permet de donner des orientations sur ce que nous allons choisir de faire de ce temps qui forcément sera long. Un peu comme quand on est à l’école et qu’on regarde désespérément la pendule qui n’indique jamais l’heure tant espérée de la récréation. Reprenons l’expression « faire contre mauvaise fortune bon coeur » et même si nous devons regarder le temps s’écouler dans le sablier, au moins nous en gardons la notion.  

C’est donc le cadre dans le cadre qui assurera notre bien-être et notre bonne santé mentale à l’heure de la libération. C’est bien la rigueur qui fera la différence entre ceux qui se seront maintenus et ceux qui se seront répandus hors repères et sans limites. Pensez à composer une organisation adaptée à la situation, à maintenir un régime sain, à garder en tête l’objectif positif de ce confinement et de garder une activité sociale. Ainsi, à l’heure de sortir de chez vous, cela se fera dans un corps sain et un esprit sain.

“Être libre, ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaînes; c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres”.

Nelson Mandela

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *